Les 10 commandements du développement chez Capcom

Lors d’un précédent DICE Summit qui se déroulait à Las Vegas, le producteur Jun Takeuchi a énoncé lors de sa conférence une dizaine de règles qui touchent aussi bien le développement que la gestion de projet. Ces règles sont basées sur l’expérience de l’éditeur dans ses tentatives de toucher le marché occidental, et dans sa façon de gérer de nouvelles licences. Il nous donne ainsi son point de vue, depuis le siège du producteur.

Les 10 commandements de Capcom

1. Conservez le renouvellement des équipes en dessous de 10% par an
2. Maintenez la capacité et la réserve financière pour augmenter l’effectif de 10% par an
3. Conservez la fluctuation des coûts de développement dans une fourchette de 10%
4. L’investissement dans de nouvelles franchises doit être compris dans 20% du budget de développement total
5. La structure de l’entreprise doit être flexible pour répondre à la croissance, et ses objectifs suivis
6. Les objectifs doivent pouvoir s’adapter à des facteurs externes
7. Les objectifs doivent toujours venir d’en haut
8. La réforme doit toujours émerger d’en bas
9. Il ne devrait pas y avoir de sujets tabous quand on parle de réforme, elle doit s’appliquer à tout prix
10. Ne vous donnez pas de buts impossibles

Ce modèle, propre à Capcom, nous apprend que l’entreprise s’autorise une marge constante pour changer le volume de ses effectifs, et renouveler ses franchises. C’est avec 20% d’un Street Fighter Alpha Ex Turbo Anniversary Edition, qu’on finance un Lost Planet.
D’autre part, on remarque que Capcom fonctionne avec une hierarchie descendante pour la direction des projets, mais que l’émulation provient d’en bas, puisque qu’elle encourage les développeurs à donner leur opinion et pousser le haut de la pyramide à remettre son fonctionnement en question.

En conclusion de cette leçon de bon sens, Jun Takeuchi ajouta : « La chose la plus importante dont il faut se souvenir avec les jeux, c’est qu’ils doivent être divertissants, et que l’utilisateur doit s’amuser avec. Si vous n’arrivez pas à faire ça, alors vous avez perdu la raison d’être de votre entreprise. C’est la philisophie de Capcom »

Tant qu’il y aura des jeux où l’on peut se trimballer en robe à fleurs dans un supermarché pour empaler des zombies au taille-haies, il y aura une raison d’être pour Capcom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *